Les troubles en conduisent beaucoup à rabaisser les savants et à ne plus reconnaître leur rang !

0

Shaykh AbderRazzâq Al Abbad : Parmi les effets et conséquences des troubles, il y a qu’elles détournent les gens des assises de science, des assises auprès des savants, d’apprendre les jugements et de connaître la religion et que les cœurs soient absorbés et que le feu du trouble s’y installe enflammé. Le cœur n’est plus apaisé quant à rechercher la science ni à vouloir s’assoir auprès des savants. Plutôt, il s’éloignera de tout cela. Et ajouté à cela, et c’est le pire, les troubles en conduisent beaucoup à rabaisser les savants, à les dénigrer, à ne plus reconnaître leur rang, à s’en prendre à eux et à leur honneur et à les injurier.

Il est rapporté dans le hadîth que notre Prophète ﷺ a dit « N’est pas des nôtres celui qui ne fait pas miséricorde à nos jeunes, qui ne respecte pas nos plus âgés, et qui ne reconnaît pas le droit de nos savants». Et lors des troubles, beaucoup de gens tombent dans le rabaissement des savants, dans leur dédain, à les diffamer et à les médire, à lancer de fausses accusations touchant leur réputation, à dédaigner leur valeur, à les décrire par de viles caractéristiques s’en prenant impudemment à la position des savants, d’une abominable hardiesse et d’une malsaine audace. Et tout cela est conséquences des effets des troubles, et le refuge est auprès d‘Allâh.

Et parmi les informations venant conforter ce sens, informations transmises par l’histoire, il y a que lorsque survint le trouble de AbderRahmân Ibn l-Ach’ath – et bon nombre de lecteurs du Qur’ân et beaucoup de gens entrèrent dans ce trouble- lorsque donc survint ce trouble, un groupe de personnes se rendit auprès de Hassan Al Basrî, qui était un guide parmi les plus nobles gens de science et un des plus grands doctes musulmans, et ils lui demandèrent : « que dis-tu sur ce despote ? », il s’agissait d’al Hajjâj, « que dis-tu sur ce despote qui a répandu le sang sacré, a pris le bien interdit, a délaissé la prière et et.. ». Et ils lui mentionnèrent les actes d’al Hajjâj. Al Hassan al Basrî, qu’Allâh lui fasse miséricorde, répondit : « je vois que vous ne devez pas le tuer, car s’il s’agit d’un châtiment d’Allâh », c’est-à-dire cette tyrannie d’al Hajjâj, « s’il s’agit d’un châtiment d’Allâh, vous ne pourrez pas repousser le châtiment d’Allâh par vos épées. Et s’il s’agit d’une épreuve alors patientez jusqu’à ce qu’Allâh rende Son jugement et Il est le meilleur des juges ». Ils sortirent alors de chez lui en disant : « obéirons-nous à cet infidèle?».

Puis lorsque le trouble s’enflamma en eux-mêmes, et que le savant prononçait une parole qui ne concordait pas avec leurs passions et qui n’allait pas dans le sens de leurs espoirs et orientations, ils s’attaquaient à lui. Et les attaques des passionnés de trouble contre les gens de science sont sans limite, que ce soit dans les temps anciens ou de nos jours. Ils pouvaient les taxer de traîtrise, les accuser d’être des espions, les attaquer en les qualifiant de caractéristiques et sobriquets… des attaques sans limite. Les troubles incitent les gens à l’effronterie face au rang des savants, à les rabaisser et les humilier et à porter atteinte à leur honneur. Et cela fait partie des choses les plus périlleuses pour l’Homme, qu’Allâh nous en préserve tous.

Puis, ce groupe de personnes, qui avait dit à Al Hassan cette parole et qui n’avait pas répondu à son conseil en l’acceptant, se révolta avec Ibn l-Ach’ath et ils furent tous tués. Ils n’en tirèrent donc aucun bien ni ne profitèrent d’ailleurs des conseils des gens de science puisque ces derniers n’avaient plus de position pour eux et que leurs paroles n’avaient plus aucune considération ni égard.

Partager l'article sur :

Les commentaires sont fermés.

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!