Propager un audio ou un livre d’un individu n’étant pas du minhaj salafi et la règle du « propager une parole ou une cassette des déviants, c’est comme approuver leur voie » ?

0

Question : je travaille dans le domaine de la vente d’audios-cassettes islamiques et j’ai eu en tête d’interroger des gens de science concernant la responsabilité à propager les cassettes de certains de ceux qui ne cheminent pas sur la voie des prédécesseurs et qui s’affilient par exemple à certains groupes connus dans la sphère de la prédication comme le groupe des frères musulmans ou les tablighs etc.

Certains de ces gens de science ont alors émis l’avis catégorique que je ne devais pas enregistrer ni propager ces cassettes et d’autres m’ont dit de faire un tri (et de vendre) ce que je voyais comme étant bien et ne contenant pas de contradiction explicite à la voie des prédécesseurs.

Jusqu’à maintenant, je ne cesse d’être perturbé et je demande à Allâh Azza wa Jall d’ôter cette perturbation grâce à ce que vous verrez comme avis et ce que vous nous indiquerez de faire en cette occasion. Qu’Allâh vous récompense en bien.

Shaykh Al Albânî : Pour moi, il ne fait aucun doute que le second avis que tu as cité de certains gens de science est l’avis juste car « la sagesse est ce que recherche le croyant. D’où il l’entend, il la ramasse». Ce hadîth – et ce, même s’il est faible et n’est pas authentique, et que certaines personnes dans certains pays ont écrit sur des tableaux et ont accroché au sein des assises comme étant un hadîth authentiquement attribué au prophète ﷺ alors qu’il ne l’est pas. En tout état de cause, il nous suffit qu’il représente réellement une sagesse. Partant de là, nous l’appliquons et nous ne nous fanatisons pas à notre madhab comme se fanatisent les adeptes des autres madhab. Nous, nous suivons la vérité où que cette vérité se trouve et d’où qu’elle vienne.  Ainsi, la sagesse est ce que recherche le croyant. D’où il l’entend, il la ramasse. S’il te vient ou que tu tombes sur un article ou une recherche scientifique d’un de ces groupes qui, malheureusement, ne suivent pas la voie des prédécesseurs, mais que cette recherche contienne un rappel par les versets d’Allah ou par certains hadiths authentiques du Messager d’Allâh ﷺ, rien n’empêche ici de propager ces recherches par le biais d’audios, tant qu’elles ne contiennent rien qui contredisent le Qur’ân, la sunna et la voie des pieux prédécesseurs.

En réalité, ce problème ne se limite pas qu’aux audios mais il se pose aussi sur les livres, qui sont plus propagés que ces cassettes : est-il alors permis à un distributeur de livres ou à un vendeur de livres d’éditer ce qui n’est pas conforme à la voie des pieux prédécesseurs? Et lui est-il permis de vendre aussi ces livres ? La réponse est qu’un livre ne peut pas être dépourvu d’une quelconque altération mais seulement, on se doit de prendre en considération deux choses :

  • la première étant que le livre, de même que l’audio, n’invitent pas à une voie qui soit contraire à la voie des pieux prédécesseurs.
  • la seconde étant que ce qu’il contienne de juste l’emporte sur ses erreurs. Sinon, comme l’a dit l’imâm Mâlik, qu’Allah lui fasse miséricorde : « On prend et on rejette de tous excepté de l’habitant de cette tombe [le Prophète ﷺ]».

C’est pourquoi, concernant les cassettes, l’édition et la vente de livres, il est obligatoire d’y prendre en considération ces deux règles. Si tu questionnais au sujet de cassettes ne contenant pas de déviance à la voie salafi, alors moi je ne verrai jamais d’empêchement dans la propagation de telles cassettes pour le simple fait que celui qui s’exprimerait n’est pas de voie salafi mais qu’il serait khalafi, hizbi etc. C’est à cela qu’amène la science, ainsi que la droiture et le fait de tenter d’anéantir les divergences présentes malheureusement aujourd’hui entre les différents groupes islamiques. Telle est la conclusion de mon avis en réponse à ta question.

Question : En complément à ce sujet, certains qui l’interdisent énoncent qu’en propageant une parole ou une cassette de ce genre de personnes, il s’y trouve une approbation de leur voie et que c’est comme agréer tout ce qu’ils disent.

Shaykh Al Albânî : Je crois qu’il y a en cela de l’exagération. Si nous supposons qu’un homme a écrit un livre dans lequel il a réuni les hadiths des invocations tirées de « Sahîh Al Bukhârî » alors que cet homme ne serait pas salafi dans sa voie, quel rapport y-a-t-il entre propager ce livre et approuver sa voie ? Non, mais en propageant son livre, nous soutenons notre voie car il a emprunté notre voie en choisissant ce qui est authentique de notre prophète ﷺ ; ainsi, je crois qu’il y en cela de l’exagération et Allâh est le plus Savant.

Partager l'article sur :

Les commentaires sont fermés.

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!