Mettre des talismans sous l’oreiller d’un malade ou autour de son cou…

0

Question : quel est le jugement sur la roqiya ? Et sur l’écriture de versets pour les accrocher au cou du malade ?

Shaykh Ibn l-Utheymîne : aucun mal quant à la roqiya sur un malade touché par la magie ou autres maladies, tant que cette roqiya est faite par le noble Qur’ân ou par les invocations permises. Il est certes authentifié que le Prophète ﷺ faisait roqiya à ses compagnons, et parmi les termes qu’il employait, il y avait : « notre Seigneur, Allâh, qui est aux cieux, que Ton Nom soit sanctifié, Ton ordre s’accomplit dans les cieux et sur terre, tout comme Ta miséricorde s’opère dans les cieux alors opère Ta miséricorde sur terre, fais descendre de Ta miséricorde et de Ta guérison sur ce visage » et alors il guérissait.

Et figurent parmi les invocations légiférées : «Au nom d’Allâh, je t’exorcise ; contre toute souffrance qui te nuit, contre le mal de toute âme ou le mauvais œil d’un envieux, qu’Allâh te guérisse, au Nom d’Allâh, je t’exorcise».

Il y aussi que la personne pose la main sur son corps, sur l’endroit de la douleur en disant « je cherche refuge auprès d’Allâh et Sa puissance contre le mal que je ressens et que j’appréhende », ainsi que toutes les autres invocations mentionnées par les gens de science, parmi les ahâdîths émanant du Messager ﷺ.

Les savants ont divergé sur le fait d’écrire et accrocher les versets et les invocations : certains le permettent et d’autres l’interdisent. Et ce qui est le plus proche de la vérité est son interdiction car cela n’a pas été rapporté du Prophète ﷺ. Il a seulement été rapporté qu’il lisait sur le malade. Quant à accrocher les versets et les invocations au cou ou sur la main du malade ou sous son oreiller etc. : cela fait partie des choses interdites selon l’avis prépondérant, vu que rien n’a été rapporté à ce sujet.

Et toute personne qui ferait qu’une chose soit une cause sur une autre chose et ce sans autorisation religieuse, alors son acte est compté comme une forme de polythéisme car elle a affirmé la causalité d’une chose alors qu’Allâh n’en avait pas fait une cause.

Partager l'article sur :

Les commentaires sont fermés.

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!